Alain DIVERRES

Alain DIVERRES
Alain DIVERRES
Alain DIVERRES
Alain DIVERRES

Une  imagination puisée  dans les trames des contes d’avant, qu'ils  soient chinois, juifs, arabes ou celtes, mais irrémédiablement, il ne peut s'empêcher de les transformer à la sauce armoricaine bien entendu ! Mais est-ce vraiment de sa faute si, dans son Léon natal, le grand vizir préfère les ormeaux aux loukoums?